05 Feb

De la machine inutile à l'invention poétique

Publié par Francelapeintrenjaunepointu

L'ANTHROPOCÈNE

Avec Arts Nomades, cela fait deux ans que l'on tourne autour, plus précisément depuis ce jour où Valérie Cordy nous parlait de cette thématique pour la Fabrique de Théâtre. La curiosité a fait son travail. Expos, lectures, discussions, débats ont déjà bien alimenté ma réflexion. A tel point que lors d’un voyage en Grèce il y a deux mois, je me suis mise à répertorier les catastrophes liées à lanthropocène. Dans ce tableau à double entrée, je notais d’une part les catastrophes et d’autres parts les solutions/adaptations nécessaire à notre corps. C’était sans doute idiot et égo centré, loin des hyper objets de Timothy Morton mais c’est bien là que je voulais en arriver : montrer l’absurdité d’une situation qui nous dépasse en créant un « produit » type exo squelette qui permettrait de résister à cette dévastation, une protection nomade parfaite pour saccoutumer aux conséquences de l'anthropocène .

De la machine inutile à l'invention poétique ?

Ce produit, c’est (ou ce sera) de la poésie! Comme les machines de Panamarenko, il ne fonctionnera probablement jamais. Ce qui motive ma réflexion, c’est comment être ancrée dans le réel et créer un décalage poétique suffisant qui nous amènera à réfléchir, à créer, à chercher ?

 

De la machine inutile à l'invention poétique

Résultat du Brainstorming avec France Everard, Andreas Christou et deux amis bio-chimistes Proposition par France suite à ses réflexions d’un croisement entre le poulpe et un dôme La structure serait en forme de dôme avec des tentacules. Nous devons viser l’autarcie. Les tentacules permettront de se déplacer sur terre et sur des surfaces aqueuses en cas d’inondation. Dans une logique d’autarcie, les tentacules serviront également à puiser de l’énergie dans le sol. Les énergies disponibles seront : la géothermie, l’éolien, le solaire, l’électrochimie (par exemple pile fabriquée avec un citron), marémotrice, hydraulique, récupération de la bio masse des déchets y compris de nos propres excréments. Nous disposerons d’une imprimante 3d qui pourra au départ des molécules de base aspirées par une des tentacules (protéines, oligo éléments, eau, azote, phosphore, carbone,... ) créer une photosynthèse et fabriquer notre propre nourriture. La forme du dôme résiste à tout. Chaque poulpe sera équipé d’une armée de nano-robots. Ces nano robots formeront le dôme et pourront quand nous le désirerons, s’assembler avec un autre dôme pour en former un pour deux ou plusieurs personnes. Nous n’avons pas encore déterminé le nombre maximum d’assemblages possibles. Les tentacules nous permettront de s’aplatir ou prendre de la hauteur si nécessaire. Cette armée de nano robots sera contrôlée par la pensée. Elle pourra également dessaler l’eau de mer. L’eau restant notre seule denrée vitale. Les tentacules nous permettront également de fonctionner en rhizomes si nécessaire, cela nous permettra de développer l’idée de l’internet végétal. La question de l’autarcie totale et de la mort de la mort a été posée ainsi que celle de l’abolition des dieux. Nous n’avons pas terminé ce débat.

Commenter cet article

À propos

Ce blog est dédié aux projets itinérants de la plasticienne France Everard