845 PM

845 PM

Une récolte artistique nomade entre Mons et Pilsen

Une récolte artistique nomade entre Mons et Pilsen

845 est le nombre de km séparant Mons de Pilsen.

PM Pilsen Mons ( ou Perpetual motion, refers to movement that goes on forever).

 

845 PM:

Relier les villes de Mons et de Pilsen via un itinéraire nourrit de récoltes artistiques en

plusieurs étapes et de moments de restitutions pluridisciplinaires auprès des populations

locales.*

*notion développée dans le point développement durable.

Le but du projet est de faire “reliance” et non simplement relier les territoires sur 845 km.

 

Arts Nomades est une “Cie belge de théâtre et d’arts plastiques en itinérance née en 2003, qui

propose des créations originales et construit des projets sur mesure. La tournée de la «Caravane

passe » en 2009 en collaboration avec le centre culturel de Charleroi plus que bouillonnante et

notre partenariat avec le projet de la Carav an Mir en 2010 ont permis d'asseoir notre identité à

l'étranger. Arts Nomades s'est déplacé d'Avignon à Moscou en passant par Namur.

Durant plus de deux mois les rencontres ont été riches et fructueuses et les relations artistiques

avec la Tchéquie ont été plus qu'amorcées.

Nous avons également, grâce au projet Aventures artistiques en 2012 , effleuré la notion de

reliance au sein d'un territoire ou lors d'un itinéraire via les arts plastiques et l'électro acoustique.

Et pour terminer, nous travaillons depuis le mois d'aout 2012 au développement du projet

Nomade du Manège.mons.

Mons 2015 serait comme une idée rassembleuse qui permettrait de donner un développement

supplémentaire à beaucoup d'idées artistiques nomades en chantier.

Mons 2015 nous parait être le bon déclencheur pour donner une dimension internationale à notre

travail de récolte « poético anthropologique » en créant un itinéraire entre Mons et Pilsen (écrit

comme dans le titre), entre Mons et ses alentours, entre Mons et les différentes cultures.

La reliance, une réelle valeur ajoutée en terme de qualité.

845 PM permettrait de développer la notion de reliance comme 'le partage des

solitudes acceptées et l’échange des différences respectées’(Edgar Morin). Mettre en lien et faire

lien grâce aux performances, aux collectes artistiques, à la mise en réseau des oeuvres sonores et

des oeuvres plastiques, aux moments de monstration lors des différentes étapes.

 

 

Arts Nomades spécialiste de la récolte artistique et du lien social.

Arts Nomades développe depuis plusieurs années des projets de récoltes artistiques multitechniques.

Nous naviguons entre la récolte patrimoniale sur support vidéo et la photo, entre le

travail électroacoustique et la prise de note dans des carnets de croquis. D'embocallement *de la

pensée à l'alimentation de blogs, du collage artisanal au retouches Photoshop. Nous croisons et

décroisons, nous sommes errant entre le passé et le futur. Abolir les frontières dans tous les sens

du terme est la mission que 845 Pm peut se donner au travers de son itinéraire physique et aussi

artistique.

*Embocallement : spécialité d'arts nomades qui consiste à mettre artistiquement en bocal une

pensée, une bêtise, une anecdote, une histoire récoltée,....

Innovant ? Itinérant? Nomade?

Deux points sont à développer.

Tout d'abord l'opposition de deux mondes.

Être Nomade représente pour nous le fait de porter une parole ailleurs, c'est inscrit dans l'imagerie

populaire et traditionnelle. Le Nomade est libre et il fait peur, c'est l'image de l'aventurier et du

voyageur. L'imagerie Nomade développe souvent un goût pour des formes traditionnelles et à la

limite de la caricature, elles renvoient souvent à l’imaginaire et aux fantasmes des habitants locaux

le temps d'une installation ou d'un campement.

Cette image bien ancrée dans l'inconscient collectif nourrira bien entendu notre démarche mais

nous ne voulons pas opposer ces deux mondes que sont la tradition et l'innovation, nous voulons

les croiser. La notion de pensée nomade rapprochera des arts hétéroclites contemporains.*

Dans le projet 845 PM, le Nomade sera une réalité contemporaine loin de l'image galvaudée de

l'itinérance.

Ensuite la pensée Nomade, par ce qu'elle porte et signifie si l’on suit Deleuze et Guattari dans leur

«Traité de nomadologie »*².

Cette pensée pourrait se décliner selon plusieurs caractères qui nous servirons à appuyer l'idée

d'innovant/innovation liée au processus même de la pensée Nomade.

 

Hydraulique, tourbillonnaire, hétérogène, problématique

Hydraulique par opposition à un ancrage.

Tourbillonnaire

Dispersée et non plus rectiligne, ouverte sur des espaces non-fermés et indéfinis.

Les mobilités ne sont donc pas linéaires, pas plus que les formes produites. Sortant de l’art enclos

montré dans un lieu unique et défini, l’art nomade se jouerait « dans un espace ouvert où les

choses flux

se distribuent au lieu de distribuer un espace fermé pour des choses linéaires et solides (…).

Les points sédentaires, nos étapes n’existeront que pour repartir, support, relais du mouvement,

relais d’inspiration aussi. En effet, le mouvement physique rejoint ici la métaphore et devient

principe de création, source d'inspiration qui se nourrit des découvertes successives des voyages,

du mouvement continu, sans arrêt entre Mons et Pilsen.

Hétérogène

L’hétérogénéité caractérise l’art nomade comme un art qui « s’oppose au stable à l’éternel, à

l’identique, au constant ». Suivant « un modèle de devenir et d’hétérogénéité » et donc est en

constante innovation. L'innovation sera présente dans la rencontre avec la population à

chaque fois réinventée, dans la récolte nourrie par des formes artistiques diverses.

Problématique

L’art nomade découvre au fil du voyage, mais il ne se limite pas à découvrir les réalités. La

découverte est problématique, problématisée et l’art nomade la met en forme, formes

tourbillonnaires, hétérogènes et fluides, selon un ordre affectif et critique plutôt que raisonnable.

Les arts nomades sont ainsi des arts du brouillage qui refusent la clarté rationnelle des espaces

lisses à la fonction établie.

Hydraulique, fluide, hétérogène et problématique, le mouvement est aussi principe de diffusion de

l’art nomade. Et la diffusion, ce moment où l’art s’arrête pour se montrer, interroge l’espace.

Lorsque nous arrivons avec un chapiteau, des caravanes, une installation plastique , notre présence

redéfinit l’espace, le requalifie dans l’éphémère ou à plus long terme.

Toutes ces notions réapparaitront au moment de la monstration, au moment de

performances, de partages, des écoulements des récoltes faites ailleurs, à chaque fois réinventé et

donc en innovation constante.

*La pensée nomade et les nouvelles mobilités artistiques contemporaines par Fabrice Raffin

Sociologue, Directeur de recherches de S.E.A. Europe à Paris, spécialiste de l’analyse des pratiques culturelles,

artistiques et de la ville. Il mène depuis une quinzaine d’années des travaux sur la reconversion des friches

industrielles et marchandes en espaces culturels. Il est auteur de l’ouvrage Friches industrielles – Un monde

culturel européen en mutation, Editions l’Harmattan, 2007 et co-auteur de l’ouvrage Les Fabriques : Lieux Imprévus,

Edition de l’imprimeur, 2000.

*² Gilles Deleuze et Félix Guatarri, « Traité de nomadologie : la machine de guerre », dans Mille Plateaux, pp434-527,

Les éditions de Minuit, 1980.

 

Le caractère européen, transfrontalier est le sens même de notre projet.

Arts Nomades dépasse les frontières et comme nous l'avons déjà signalé plus haut dans tous les

sens du terme. Il n'y a pas de séparation entre les disciplines artistiques, les frontières et le niveau

social.

Au sein d'Arts Nomades la volonté existe, mais l'expérience aussi.

Nous ne nous lançons pas sur cet itinéraire vierge de connaissance.

Nous connaissons la route entre Mons et Pilsen et nous avons imaginé des points d'ancrages pour

pouvoir se poser et « redonner ». Les pistes belges ne manquent pas à l'appel, mais nous

connaissons également la Tchéquie où nous avons déjà « infusé » à plusieurs reprises grâce aux

rencontres faites lors de la Caravan Mir.

Il nous reste l'Allemagne où nous avons actuellement déjà une étape à Francfort

Les contacts transfrontaliers font parties de notre quotidien, ils sont notre forme même de

création et de pensée. Les récoltes artistiques transfrontalières que nous ferons prendront

plusieurs formes: anthropologique, créative et poétique.

Récoltes de témoignages, récoltes de rêves, récoltes de bêtises, ...

Toutes ces récoltes nous les aborderons également dans l'idée de « reliance » évoquée au point 1.

Kaleidoscope

Fidèle à l'esprit Nomade beaucoup de disciplines seront croisées.

Comme un Kaleidoscope voici les disciplines pressenties :

son et musique électro acoustique, arts plastiques, théâtre intime, théâtre, vidéo, photos et

écriture

 

Le projet 845PM intègrera des idées chères à Arts Nomades celle-ci sont en lien avec le

développement durable:

« Loin que ce soit l’être qui illustre la relation , c’est la relation qui illumine l’être ».*

Social et infusion de territoire

Infuser : v.t. (du lat. infundere, verser dans). Litt. Communiquer à quelqu'un ; instiller, insuffler.

Dans cette logique d'infusion nous traverserons un territoire en créant en accord avec les lieux et

les personnes rencontrées. La dimension sociale est présente dans la notion d'infusion puisque

celle-ci ne peut se faire que dans la rencontre.

Le ou les publics sont des notions en constante évolution

Le vocabulaire change, les points de vues évoluent également.

Nous sommes passés de la notion de public à « les publics » à « les non public » pour

peut être enfin arriver, à ce que nous voulons mettre en avant dans le travail d'Arts

Nomades depuis un an, au terme population.

En effet, depuis plus d'un an Arts Nomades se confronte à cette nouvelle relation avec le

public et dans le croisement de nos disciplines arts plastiques, théâtre, électro-acoustique,

nous nous plaçons comme des collecteurs de mémoire et des transmetteurs via nos

performances.

Nous prenons et nous redonnons.

 

Devenir complice

Ces collectes que nous pratiquons nous emmènent très logiquement à avoir un rapport

avec le public d'égal à égal. Un rapport dans lequel nous ne parlons donc plus de public mais de

population. Lors des soupes de Madame Espérances nous nous inscrivions à chaque fois comme

étant les nouveaux voisins avec qui vous allez faire la soupe . Ce rapport qui demande au

public de devenir complice et de fournir un effort nous voulons le préserver dans 845 PM.

La rue, la ville et l'espace urbain

L'homme est un animal urbain nous dit Eric Corijn sociologue et philosophe de la culture à

la Vub. Et c'est bien de cette constatation que nous partirons pour également penser autrement ce

rapport et nous placer dans un autre espace que celui de l'espace frontal du comédiens

et du spectateur.

Ecologique, itinérances lentes et tournée rectiligne

La nécessité de “prendre le temps”

Pas d’infusion sans temps long.

845 PM implique un temps d’approche, d’installation, de présence, de rencontre de 10 jours. Mais

il ne s’agit pas seulement d’avoir “plus” de temps : la nature même de ce temps sera différente en

lien avec la pensée Nomade.

La tournée sera construite de manière rectiligne c'est-à-dire d'un point à un autre (et non en étoile

en vue d'éviter des coûts et une pollution supérieurs).

Le campement

Créer une forme, un agora.

espaces de jeu, spectacles en entre-sort. Ce nouvel espace offre à la fois un voyage aux spectateurs

aventuriers et une invitation aux rencontres lors de nos étapes.

Foranité et itinérance

Le terme « foranité » renvoie étymologiquement à ce « qui est dehors, à l’extérieur », il est

apparenté au latin forum et au grec agora, qui désignent l’un comme l’autre la place publique. En

nous déplaçant nous transportons la parole d'un endroit à l'autre, nous récoltons et nous suscitons

des échanges artistiques et humains au sein du campement.

La reliance

Développement de territoire, sentiment d'appartenance à un ensemble, conscience de l'itinéraire

et d'être une des étapes.

 

*G.Bachelard. ‘le Nouvel esprit scientifique’, 1934, Ed. PUF

 

citations:

« Try to see things from a different angle » dit la maman de James à son fils dans « James and the

giant peach ».

« Préférez ce qui est positif et multiple, la différence à l’uniformité, les flux aux unités,

les agencements mobiles aux systèmes. Considérez que ce qui est productif n’est pas

sédentaire mais nomade.»

Michel FOUCAULT, en préface à l’édition américaine de L’Anti Oedipe de Gilles Deleuze

&Félix Guattari, 1977, in Dits et Ecrits, Paris, Gallimard, 2001,p 134.

Arts Nomades- rue de la Loge, 62 à 7866 Bois de Lessines Belgique +32 479 267 634

arts.nomades@scarlet.be

À propos

Ce blog est dédié aux projets itinérants de la plasticienne France Everard