Tania Magy

 
Proposition pour Itinérances :
 
CARAVANE MUSEE DE L’ART ROM
La caravane musée se présente comme une oeuvre à part entière, évolutive et interactive, à visiter. Créée en 2004 par la plasticienne Tania MAGY, dont les recherches s’orientent en particulier par rapport à l’histoire des arts Tsiganes, le but est de faire découvrir aux spectateurs des expressions contemporaines de cet art Rom ainsi que des traces des différentes actions entreprises par le biais de l’association Art Rom de Voyages. Traces d’ateliers ambulants, de créations partagées au gré des festivals voués aux Gens du Voyage ou aux arts itinérants, peintures, dessins, livres, films, plaquettes, cartons d’invitation, disques… Tout ce qui permet de garder en mémoire des actes artistiques engagés pour promouvoir cet art nomade, voici ce que l’on peut y découvrir, chacun étant invité à participer de manière active en répondant à la thématique suivante :
« Représente la roulotte de tes rêves ». Les créations exposées sous la forme de carnets de route mettent en évidence les questionnements relatifs au stationnement (précaire ou en terrain d’accueil), à la santé, la scolarisation, aux métiers traditionnels…
Installée pour des festivals ou des expositions, cette caravane (ou les toiles et photographies qui mettent en scène l’évolution du concept de caravane musée) permet d’entamer le dialogue par rapport à la notion de minorité, par rapport à l’aspect historique des modes de vie chez les gitans, roms, yéniches et autres Voyageurs, nomades ou sédentarisés. D’autres créations nous amènent vers le monde des artistes qui oeuvrent en montrant le quotidien des Gens du Voyage ou de ceux qui pratiquent des métiers artistiques voués à l’itinérance
 
 
 
Plasticienne et chercheuse engagée, Tania Magy est fondatrice du centre de ressources ArtRom, qui met en réseau et informe sur l’art des Tziganes. Créé en 2004, ArtRom a misé sur le décloisonnement des disciplines et sur l’ouverture : ouverture et échanges entre communautés tziganes mais aussi ouverture aux « gadjés » (les non-tziganes). Ateliers itinérants, actions dans les écoles, rencontres entre artistes tziganes et/ou gadjé : Tania Magy prend en compte toutes les nuances et complexités des expressions de ceux qu’elle appelle « voyageurs ». Elle s’est intéressée à l’art plastique des voyageurs, plus difficile à cerner que leur musique. Majoritairement réfractaire à une professionnalisation qui l’aseptiserait ou la sédentariserait, l’art tzigane reste errant, dans les marges des institutions mais au coeur des pratiques quotidiennes des communautés.
 

À propos

Ce blog est dédié aux projets itinérants de la plasticienne France Everard